Projet ethnobotanique 3ème entretien

Publié le par Ecole Jean de la Fontaine

Projet ethnobotanique 3ème entretien

Jeudi 23 février s’est déroulé notre troisième entretien avec Mme Frey Monique.

 

Elle nous a parlé de sa jeunesse. D’origine modeste, elle utilisait la chicorée pour teinter ses jambes et faire croire qu’elle portait des bas, ses jambes étaient teintées. Elle dessinait même un trait avec un stylo à l’arrière de ses mollets pour représenter la couture du bas. Nous avons découvert un nouvel usage des plantes sauvages.

Dans son enfance, elle se souvient de ses parents qui utilisaient la saponaire, plante sauvage qui remplaçait le savon pour nettoyer le linge. Ils en utilisaient la racine qu’ils mélangeaient à la de la graisse et de la soude pour fabriquer de la lessive.

Elle nous a raconté comment elle soignait les brulures, plaies, coups ou piqures d’insectes avec le millepertuis. Petite, elle ramassait les fleurs, les mettait dans de l’huile. Il se formait un liquide rouge vif qu’elle appliquait directement sur la blessure.

Aujourd’hui, elle utilise les plantes sauvages essentiellement pour cuisiner et se soigner :

  • L’anis vert dans la confection d’échaudés ou de gimblettes
  • Le laurier sauce comme bouquet garni dans les plats
  • Le poireau sauvage dans les soupes
  • Le lierre pour soigner les maladies respiratoires (bronchites, rhume…) ou pour faire cicatriser
  • Le thym pour faciliter la digestion
  • La violette en sirop ou infusion pour calmer la toux (50g de fleurs par litre d’eau bouillante)
  • Le lait des feuilles de figuier et la chélidoine pour soigner les verrues

Dans son jardin elle utilise la mélisse, la tanaisie comme insectifuge, c’est une plante répulsive.

Elle se souvient aussi des inondations il y a une dizaine d’années et des graines de prêle amenées par l’eau dans son jardin. Elle utilise aujourd’hui cette plante pour enlever les mauvaises odeurs des chaussures